Bienvenue !
Tu t’apprête présentement à entrer dans le monde le plus farfelu et le plus étrange que tu auras connu durant toute ta misérable vie. Oui car tu te tiens en ce moment même, dans mon univers imaginaire ou tu y es prisonnier mentalement. Tu ne pourras plus jamais en sortir car une fois entré, tu ne ressort jamais vivant. Je t’engouffrerai dans ma folie jusqu’à ce que tu sois mort de peur.
Alice.


L’enfance est le royaume où personne ne meurt.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 5:40

"Le Rossignol"
« De son vrai nom ; ''Nightingale birdyl''. »


      IMAGE

        NATIONALITÉ : Chinoise ♫
        AGE ACTUEL : Oh ! Je ne sais plus, bien une vingtaine d'années ♫ Et des millénaires dans ce monde-euh.
        DATE & LIEU DE NAISSANCE : Dans un joli petit arbre, un saule pleureur appartenant à l'empereur, c'était bien au temps des samouraïs, le 20 mai il me semble, en tout cas c'était un beau jour de printemps ♫
        ORIENTATION SEXUELLE : C'est quoiiiiii ? =DDD Ah ça ! Je ne me suis jamais posé la question ♫ !
        AGE ARRIVÉ DANS CE MONDE : Mais voyons ! J'y suis depuis toujours =D
        ROYAUME : Peut-être bien pique, ou peut-être trèfle ! A moins que ce ne soit carreaux ou coeur ? Mais non ! Je suis libre de mes mouvements ! Dansons dansons ! Chantons chantons ♫ !
        Le chant est ma volonté, mes mensonges ma liberté. Qu'y a-t'il de si mal à cacher un coeur brisé ?


« I want to see who you are. »

PROBLÈME(S) PSYCHOLOGIQUE(S) DÉCELÉ(S) : Atteinte de tripolarité : Violence, Tristesse et Joie

PSYCHOLOGIE GÉNÉRALE :
Comme je l’ai dit, mon apparence physique copie celle mentale. Je ris à n’en plus finir, je suis oisive et rien ne me surprend. Pour moi, tout est frivolité, je dirais être triste avec le sourire. Je dirais être en colère en laissant échapper un rire cristallin. On ne peut me prendre au sérieux car chacune de mes paroles pourrait être un tissu de mensonges. Pourtant, je pleure, oui il m’arrive de pleurer avec le sourire…Mais les larmes coulent à l’intérieur et seules de rares personnes arrivent à apercevoir cette impression de fausseté qui émane de mon corps. Enfin, ce n’est pas réellement ça. Cette partie là existe bien. Mais ce n’est pas la première. On devra lire dans mes yeux dorés celle donnée à ma naissance. Et elle hurle de douleur…
Oui, elle se trouve être tout le contraire du soleil que je devrais représenter. En réalité, c’est la véritable, celle qui ressemble au petit rossignol du conte asiatique…Le cœur brisé, à chanter pour un homme mort à jamais aimé. Le Rossignol ne peut plus vivre sans penser à lui, et pour ne pas tomber dans la folie, elle se cache sous un amas de sourires heureux d’enfant, car le petit Rossignol ne veut pas montrer ce visage à l’homme qu’elle aime. Douce, les larmes coulant sur ses joues lorsqu’elle se réveille à chaque pleine lune. Un sourire énigmatique caressant ses joues pâles. Et ses yeux argentés qui fixent la personne qui l’a trouvé dans cet état absent, peiné…Oh, ce Rossignol là, il a peur de tout mais il chante, le petit oiseau à l’aile blessée. Il chante son cœur brisé. Le temps s’est arrêté pour lui, pourtant il continue d’attendre que son amour revienne d’entre les morts, par un miracle…Mais il faut savoir une chose sur le petit Rossignol aux larmes de diamant, c’est qu’elle n’aime plus la vie.
Ce chanteur là il fera tout pour atteindre ces objectifs. Mais quels sont ses buts ? Moi-même je ne sais quels sont ceci…
Qu’importe l’une des deux personnalités, qu’importe le soleil ou la lune, ils veulent chacun chanter. Aussi bien des notes joyeuses que des larmes de sang…Et dans une même voix, ils se confondent et s’assemblent pour devenir le beau ciel étoilé arpentant la terre endormie.
Une terre qui d’un moment à l’autre peut devenir d’un beau pourpre. Oui, le sang coule, inonde et détruit les vies dans un rire heureux. Un rire si joyeux qu’il glace le sang. Les cris sont sa source de vie, ses griffes une parade contre la Mort. Son chant crispe le cœur et rend fou les plus sensibles. Ses chansons sont le fruit d’une vengeance à jamais refoulée. Et le petit Rossignol picore la main innocemment tendue. Il la picore à sang avant de voler vers le visage de l’aide surprise par cette soudaine violence pour lui crever les yeux avant de repartir vers sa forêt, joyeuse. Une vie détruite, à chaque brutalité qu’on pourrait offrir au pauvre petit corps qu’elle occupe et ce rapace là se réveille pour rendre les coups donnés…
Mais il ne faut pas tout autant avoir peur du chanteur aux milles couleurs ! Son acharnement est certes redoutable, sa tristesse est à jamais sans fin et sa joie semble toujours pleine de fraîcheur. Cependant elle ne vous fera aucun mal si vous ne lui faites rien, et si vous ne cherchez pas à comprendre sa véritable nature.
Mais à part ça, que peut aimer et détester le petit oiseau ? On l’aura compris, chanter est son passe-temps. Pourtant je ne chante pas pour les autres, seulement pour moi-même. Car le chant donne une certaine paix à mon cœur et une morphologie à mes sentiments abrupts. Bavarde comme une pie, j’essaierai toujours de m’exprimer par rimes dans mes périodes de jovialité de même lorsque je suis attristée ou en proie à une violence inexplicable…D’ailleurs, avant que celle-ci ne fasse son apparition, il s’écoulera un certain moment où je serais en proie aux larmes, à la peur et à une grande envie de fuir, puis ça vient, sans qu’on s’en aperçoive…
La Liberté est mon amie, je l’adore. Je grimperais aux arbres, jouerai dans les branches avec insouciance sans me douter du danger. Oui, vous me trouverez très certainement dans une forêt, je ne me mets jamais à découvert. Précisément sous un saule pleureur bordant un point d’eau. Me faire voir des hommes lorsqu’il n’y a aucune cachette alentour me rend nerveuse et je pourrais prendre la poudre d’escampette à tout moment, au moindre bruit…
Ah oui, en dernier je dirais que s’il arrivait qu’un objet ou autre s’approchait de trop prêt de mes yeux, vous n’aurez plus ma confiance, mon sourire disparaîtrait, je reculerais avant de disparaître dans les broussailles pour ne jamais plus revenir vous voir…Et le Rossignol chante chante sa chanson d’amour, et le Rossignol pleure pleure son amour d’un jour, avant de venger son pauvre cœur brisé…

PHYSIOLOGIE :
Je ne suis pas aussi belle que les autres femmes, mais ma grâce et mon innocence font de moi un joyau fragile qu’il ne vaut mieux pas faire tomber. Lumineuse et souriante, je ressemblerais presque à un soleil brûlant. Je représente la liberté par cette apparence reflétant mon âme. Au contraire des autres personnes, je ne cache pas ma vraie nature, mon apparence physique est mon apparence mentale. Rien ne me rend triste, je suis la joie de vivre.
Mon visage ovale se trouve encadré de longs cheveux d’or légèrement grisés. Oui, on ne peut parler de champ de blé aux couleurs enivrantes mais bien d’un blond terni et pourtant, tout aussi envoûtant. Ils m’arrivent aux épaules, sans artifice quelconque et bien que je ne les peigne pas, ils restent fins et soyeux sans pour autant refléter un quelconque astre, aussi bien solaire que lunaire. Non, ce sont mes deux prunelles scintillant dans la nuit, qui ont obtenu ce rôle. Elles ne reflètent pas, elles illuminent ; deux joyeux soleils, dansant le retour du printemps au-dessus d’une plaine enneigée, brillante sous leurs rayons heureux. Quand on les fixe, on se retrouve dans un bain chaud et merveilleux, porté par les vagues ondoyantes du ciel bleu. On ne peut imaginer pareil décor quand le vivant soi-même. Le cœur s’emballe, la musique l’entraîne dans une danse folklorique qui peut aussi bien lui faire ressentir une vague de joie, qu’une profonde tristesse. Ces yeux là, ils sont tout cela à la fois…Mais pour trouver ces pleurs infinis, il faut chercher plus loin, au point de se perdre à jamais dans les tréfonds du bonheur…
Ils sont grands et ronds, ces yeux innocents, ils sont ma clef, ces deux prunelles dorées, une étoile marqué dans chacune. Donnant à ce visage un parfait côté angélique de petite fille pure, dont la robe n’a pas encore été tâchée de sang, mais elle l’a été…Un nez pointu, de fines lèvres rosées, accentuant parfaitement ce côté gamin et dont la couleur s’accorde à merveille aux pommettes rouges et duveteuses de mes joues. Oh, ce visage, il est commun pour les enfants de dix ans ! On s’émerveille, on veut câliner cette jeune fille au visage poupin, ce petit rossignol sorti de la forêt d’un pas dansant, chantonnant d’un air heureux.
Je possède de longues jambes, malgré tout, mon corps est fragile et d’une petitesse invraisemblable ! A peine un mètre cinquante sans la coiffe ! Mais je m’en moque, cette taille là s’accorde à merveille à mon rôle et mon nom. Un petit oiseau à l’air fragile et dont les yeux renforce cette idée apparaissant dans les esprits, toujours basée sur l’aspect physique « Oh qu’elle est mignonne ! On a envie de la protéger ! Tu t’es perdu petit Rossignol ? ». Et moi je ris, d’un de ces tons cristallins communs à l’enfance et à la frivolité « Non madame ! Je me promène et je chante chante jusqu’à ne plus avoir de voix ! ». Puis je passe mon chemin, brillant de milles éclats d’or le jour et d’argent la nuit.
Oui, bien que mes cheveux ne reflètent la lumière, mes vêtements le font à leurs places. Pieds nus, je porte des bracelets de perles, d’or et de diamant sur mes chevilles et mes poignets. Une sorte de robe en soie dorée dont les manches sont tissés d’or. Une coiffe faite dans le même matériau trône sur mon crâne, déferlant sur mes cheveux des monceaux de perles et de saphir, des grelots et des rubis. Toutes sortes de pierres précieuses sont attachées à ces vêtements emplis de richesses. Et je brille, comme milles diamants ! A chacun de mes pas l’on m’entend chanter, même si mes lèvres sont closes. Tout mon corps vit et fredonne car le chant, c’est ma raison de vivre…Pourtant, sans ces vêtements, je suis commune, seuls mes yeux restent des atouts de taille.
Lorsque je ne suis plus cette enfant qui ne veut que donner du bonheur, lorsque je suis le véritable rossignol aux chansons de cœur brisé, appelant son amour mort, je ne brille plus…L’orchidée se fane et laisse place à un lys blanc tacheté de noir. Mes yeux deviennent d’un doux argent, voilés par la douleur qui ne cesse de couler sur mes joues pâles…Et mes ailes grises, toutes petites et frétillantes deviennent transparentes pour laisser place aux grandes ailes blanches de mon âme disparue. Puis je vous regarde, de ces yeux éteints, chantant cet air brisé. Et ma tristesse s’inscrit en vous, pour ne jamais plus vous quitter.

CHRONOLOGIE VITALE :
On connaît tous le mignon petit conte du Rossignol de l’Empereur et je ne dirais pas que l’écrivain a fait fausse route, il a juste romancé mon histoire pour ne pas briser les cœurs mais bien les faire sourire. Je ne veux pas me taire pour lui donner raison, libre à vous de lire ce qui suit, car il désenchantera le merveilleux…

J’ai bien chanté pour l’Empereur, et chaque habitant de la cour se retrouvait empli d’une joie incroyable, chaque cœur se retrouvait pansé et baigné dans une chaude lumière dorée. Mes sourires n’étaient que franchise et le seul fait de voir l’Empereur pleurer en m’écoutant fut pour moi le plus beau des présents. Je dansais, je volais, je ne pouvais m’arrêter, le bonheur était trop grand pour se le garder…Et je riais, oh je riais ! Chanter, danser et rire, que demander de plus ?

Je ne comprendrais jamais cette envie qu’ont les gens à garder l’objet de leurs convoitises enfermé à double-tour…Moi, je le laisserai libre de choisir pour que son bonheur s’élève jusqu’au ciel. La jalousie est humaine, et l’Empereur me garda cloîtrée dans sa demeure. Mes larmes ne cessèrent de couler, je voulais la Liberté, le bleu azur me tendait les bras par la petite lucarne de ma prison de diamants. On m’offrait pierres précieuses, or et vêtements, sans que je ne réussisse à chanter. Mais un jour, je pus m’échapper, me jurant de ne plus revenir.

Il ne faut jamais jurer de rien, je revins en entendant la rumeur d’une mort possible de l’Empereur. Et mon amour jusqu’ici voilé par une liberté retrouvée, s’empressa d’embaumer mon cœur de tristesse et du désir de retrouver cet homme aux cheveux pourpres…A cet instant, le voyant couché dans son lit, pris de convulsions, des larmes plein les yeux, personne pour calmer ses peurs, je me suis dit que je l’aimais. Et j’ai chanté, le plus beau de mes chants. Rappelant le mielleux du blé coloré par le soleil levant. Le vent chaud fouettant les pétales de cerisier et la douceur d’une main sur ma blanche joue…Oh, que j’ai aimé ce moment rien qu’à nous ! Cet instant empli de la beauté d’aimer. Mon cœur me hurlait de m’élancer vers cet homme à l’aspect royal. Il quémandait que je le garde enfermé, empêchant même la Mort de l’atteindre. Et je ne pouvais répondre à ses attentes qu’en chantant de cette douce voix. Des larmes coulaient sur mes joues, des larmes de bonheur…Oh oui, je t’aime ! Je voudrais le crier le plus fort possible pour que tu ne partes pas ! Je t’aime ! J’aimerai que ma voix porte ce trop plein d’amour aux Dieux pour qu’ils me rendent cet homme…Ils m’ont entendu. Grâce au ciel.

S’il m’aimait ? Que sais-je des sentiments des gens ! Je ne suis qu’un oiseau chanteur, pas un penseur ou philosophe…Il fut guéri et de mes chants, je lui fis comprendre mes sentiments. Notre amour ne fut jamais corporel, on s’aimait par la pensée et par le regard. On s’aimait par la voix…Oh je t’aime et je voudrais le hurler encore plus fort ! Chanter, chanter pour que tu ne partes pas ! Chanter, chanter pour que tu restes avec moi ! Ma seule prière, je ne voulais rien d’autre. Alors, pourquoi est-il parti ?

La Mort, traîtresse de mon cœur…Cœur, cœur brisé. Brisé, brisé ma vie…Vie, vie de pleurs et de souffrance…Souffrance, souffrance de ne plus t’avoir près de moi. Oh mon amour ! Pourquoi, pourquoi m’avoir laissé au profit de la dame vêtue de noir ? Reviendras-tu me délivrer de cette prison dorée ? Ne pars pas, je t’en supplie…Sinon je hurle, je hurle jusqu’à ne plus pouvoir chanter ! Reviens vers moi, ne laisses pas le pauvre petit être que je suis seul…Et je pleure, encore et encore. Attendant un signe, un simple son, et même la rougeur de tes cheveux. Mais rien, néant. Ah, cruauté infinie ! Pourquoi ne puis-je mourir comme une simple mortelle ? Tout est de ta faute ! Tu es parti, sans un au revoir ! Tu es parti, tu ne m’aimais pas, tu ne m’as jamais aimé ! Pleurer, pleurer pour l’éternité…Mon passé, mon présent et mon futur…

Son enveloppe partant au magnifique tombeau. Ses cheveux cendrés déferlant sur les lys blancs. Les gens versant des larmes sur ce corps inerte. Mais aucun, non, aucun de leur chagrin n’était plus grand que le mien ! Colère, trahison, joie et tristesse. Je cris à la vengeance ! Tu ne m’aimais pas, tu es parti, la Mort a eu raison de te prendre, tu ne m’aimais pas ! Voici ta punition ! J’ai été vengé, souffres de m’avoir laissé. Mais je t’aime, je t’aime à en vouloir te rejoindre dans son pays à elle…Là, la lame qui doit te couper tes si beaux cheveux, je pourrais la prendre et me trancher la gorge ? Ma douleur s’estomperait…Un sourire satisfait sur mon visage. Oui, brillante idée. Je pousse le prêtre, je prends la lame et je m’ôte la vie. Ne plus souffrir, je ne dois plus souffrir. Tuer, tuez-moi ! Par pitié, tuez-moi ! Si vous m’aimez, tuez-moi…

Je vais pour m’élancer vers mon utopie, ma solution à cette douleur si forte. La Mort, je veux mourir…Mais un homme me donne un livre disant d’un ton solennel « Lisez ce que l’Empereur ne pût lire à voix haute, chantez ce qu’il ne voulait nous montrer, Petit Rossignol… » Cet homme, j’aimerai le tuer et le dévorer. Imbécile ! Je te tuerais, je vous tuerais tous avec vos fausses larmes ! Vous compatissez ? Alors partez, partez et laissez moi seule dans mon chagrin, avec ce mort…Oh mon amour, mon amour ! Pourquoi a-t-on crée la Mort si ce n’est que pour nous séparer ? Je t’en supplie, reviens. Mes larmes ne pourront s’estomper. Je t’en supplie, je t’en supplie ! Et je prends le livre, jamais mon chant ne fut si douloureux. Un oiseau chanteur au cœur brisé…Ce chant là, je le fredonnerais toute ma vie, pour te garder près de moi, mon amour.
Je pleure, je ne comprends pas…Et je disparais, pour courir et encore courir, afin de ne plus jamais revenir et voir cette tombe, ce corps qui ne bougera plus, et ne pleurera plus en m’entendant chanter…

« Behind the mirror. »

AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? : Il me semble que oui...=P
Approuvé. Tu es validé !! Magnifique écriture, au passage <3



Dernière édition par Le Rossignol le Sam 30 Oct - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice
InWonderland
avatar



In my brain
Humeur: Plutôt bien.
Affinités:

MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 12:17

    Bon voici les petites erreurs ;

    Citation :
    « De son vrai nom ; ''Petit Rossignol''. »
    C'était pourtant très clair que les perso devait avoir un VÉRITABLE nom pour leur pseudo. Enfin, ce n'est pas trop grave comme erreur x) Tu va devoir changer ton speudo et cette petite phrase ci-haut ^^

    Citation :
    NATIONALITÉ : Wonderland ♫
    Encore une fois, VÉRITABLE nationnalité. Ex: Canadienne, Française, Européenne.

    Citation :
    DATE & LIEU DE NAISSANCE : Dans un joli petit arbre, un saule pleureur, au même printemps où Alice est arrivée ♫
    Aucune date n'explique quand Alice est né. et encore une fois. VÉRITABLE date du peso. Celui dans la RÉALITÉ.

    Sinon, l'avatar doit avoir la dimension du mien. Tu peux enregistrer mon avatar pour y avoir les mêmes dimensions ^^

    Et pour finir, ton écriture est magnifique. Rien à redire sur ça ! <3
    Bienvenue parmis nous !!
Revenir en haut Aller en bas
http://cosmopolitan.forumactif.com
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 12:58

    Bienvenue toi.
    Ta présentation est vraiment belle ! J'adore la façon dont tu écris c'est... emportant. *-*

    J'espère que tu viendra me chanter quelque choseuh ? **"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 15:47

J'ai changé ce que tu m'as demandé Alice Wink ! Cependant je n'arrive pas pour l'avatar >.<" Si je te donne l'imagede base, tu pourras m'en faire un ? ^^'

Merci Mad Hatter *0* ! Aucun problème je veux bien chanter pour toi ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 16:52

Bienvenuuuuue \o/

Ca fait exactement 40336 seconde que tu es parmi nous *-*, j'espère que les prochaines seconde te seront agréaaaable fufuh! /se pend/
Revenir en haut Aller en bas
Alice
InWonderland
avatar



In my brain
Humeur: Plutôt bien.
Affinités:

MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 17:18

Okay, tout est parfait, Tu dois juste changer ton speudo pour ton véritable nom car après je vais t'assigner le rang du Rossignol. ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://cosmopolitan.forumactif.com
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 18:02

Fait ! =D Merci à tous ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Alice
InWonderland
avatar



In my brain
Humeur: Plutôt bien.
Affinités:

MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Sam 30 Oct - 18:45

Parfait, je te valide très bientôt.
Sinon, je t'invite à participer à l'event dans la salle de bal et de créer ton Notebook <3
Revenir en haut Aller en bas
http://cosmopolitan.forumactif.com
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   Dim 31 Oct - 4:27

J'y participe avec joie *0*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rossignol ! Pourquoi chantes-tu ? Ah je chante ? Je ne l'avais pas remarqué ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Formulaires validés.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit